L'Octopus

by L'Octopus

/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.
    Purchasable with gift card

      name your price

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Includes unlimited streaming of L'Octopus via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 10 days

      $12 CAD or more 

     

1.
Je ne trouve pas sous mes pieds Un sol où ancrer mes racines Y installer une maison pour mon âme Qui me rassure Il est déjà beaucoup trop tard Pour inventer le mystère Autour de mon existence Pour faire semblant Que je suis une funambule sur la lune Seule dans mon univers De là haut, j'ai observé vos habitudes Je ne fuie pas Je ne serai plus comme autrefois Qu'un silence derrière vos pas
2.
Par la même goutte d'eau Tu me laisse sur ma soif Je cours encore dans tes souliers Je m’essouffle même quand tu dors Toujours sur le même élan Tu me laisse patienter Comme hier encore je suis ton décor Je m'agence à ce que tu désires Dans tes moments d'inquiétude Je te laisse m'effacer Je serai en silence une plante araignée Où un tableau que tu aimeras regarder Dans un pot de terre Je serai l'atmosphère de ta chambre clair Et la nuit te saoulera de mon élixir à moi Ma sève de jouissance
3.
4.
Je ne sais pas ce qu'il y a entre toi et moi Mais je sais que dans tes souvenirs Un nuage de confettis décor tes peurs Je ne me rappelle pas si c'est bien moi ou toi Mais j'ai dans ma mémoire une image qui crie Et tes oreilles qui pleurent Cette main que je tiens n'est pas la tienne Oublions ces refrains toujours les mêmes Je sais que toi tu es libre de moi Mais moi, je t'aime Il me semble que tu étais là Pour ne pas être ici avec moi Tu n'as fais que regarder L'amour et le temps passer Comme on regarde le vent s'éteindre Cette main que je tiens n'est pas la tienne Oublions ces refrains toujours les mêmes Je sais que toi tu es libre de moi Mais moi, je t'aime
5.
Somnambule 03:06
Je ne sais comment déjouer Tous les feux de circulation Pour qu'ils me laissent me rendre jusqu'à ta maison Je venais seulement pour te dire Que j'aimerais tant reconnaître La somnambule qui se balade dans ta tête Et quand elle bombarde les rues La silhouette aux pas perdus De cette odeur qui te ressemble étrangement Elle me rappelle quand tu cours Comme tous ceux qui, avec amour, Se dirigent vers un lieu qui leur semble très bien Il y a les heureux qui retrouvent Et les malheureux qui comprennent Que rien ne peut se faire sans éviter la haine Elle se nourrit au fond des coeurs De ceux qui pourraient les entendre Les cris de nos peurs qui tendent tant à s'éprendre Il y a des mots, il y a des sons Il y a ces cons qui tournent en rond Et leur âmes qui s'en balancent complètement Il y a des endroits pour prier Il y a des moments pour aimer Mais personne ne sait vraiment comment pardonner Je traverserai l'intersection Pour me blottir dans ta maison Ta somnambule qui te donnera toujours raison
6.
En attendant 04:01
Je me retrouve au même endroit où j'ai pensé mille fois En attendant Je me retrouve dans ma tête, j'ai pensé que j'y trouverais Tes yeux dans le vide fixant tout et rien Ton ombre sur le mur où elle était bien Je me retrouve au même moment, celui ou j'attends le temps Tes yeux dans le vide fixant tout et rien Ton ombre sur le mur là où elle était, si bien en attendant que toi et moi et tout le reste attendent encore
7.
Il y a 03:29
Il y a toujours quelqu'un qui cherche quelque chose La trace d'un souvenirs, le trou dans sa mémoire Ou un éclat de rire pour retrouver l'espoir Il y a toujours quelqu'un qui ne sait comment dire Qu'il ne peut plus parler ou qu'il aime à mourir Ses amours enterrés qu'on lui a dit de fuir Il y a la solitude qui cherche son moment Pour retrouver sa bulle et prier comme avant Son Dieu qui éjacule les joies du firmament Il n'y a que ses grands yeux au centre de l'univers qui regardent tout ce qu'il peuvent avoir
8.
Je t'invite à danser, nous trouverons des pas pour nous guider vers un endroit où les mots sont sincères. Je te laisserai parler toujours premier, ma main contre tes lèvres Pour anticiper les sons éphémères. N'entends tu pas les soupçons qui tendent à s'éveiller Dans le cimetière du doute? Je te regarderai sans retenu pour fatiguer mes yeux Avant que ton corps ne se prononce plus Comme souvenir je garderai l'emprunte de ton nom sur mes sens N'entends tu pas les soupçons qui tendent à s'éveiller dans le cimetière du doute?
9.
Anatomie 03:21
Tes mains sont déjà froides Est-ce que la vie est partie? Le sang oubli le bout des bras Quand le coeur est occupé À battre pour quelqu'un d'autre Et que le sien bat pour un autre que toi Tes mots sont différents Est-ce bien toi qui me parle? La langue se brise sur les bêtises qu'on lui ordonne de dire Qu'on lui reproche quelque chose Cette langue est beaucoup plus sage que toi Je me demande ce qu'il en reste De tous nos verres d'oreille Que l'on chantait pour s'endormir Juste avant que l'aube arrive

credits

released March 24, 2016

Claudia Gagné : pieuvre, basse acoustique, percussions, voix
Hugo LeMalt : guitare, lap steel
Daniel Hains-Côté : batterie
Enregistrement, mixage et réalisation : La Police
Mastering : Ryan Morey
Graphisme : Anne-Christine Guy
Photos : Jay Kearney
Paroles et musique : Claudia Gagné

license

all rights reserved

tags

about

L'Octopus Quebec City, Québec

La musique de L'Octopus est un refuge où elle prend le temps de vivre les émotions de son intimité. Les mélodies délicates de son album se dévoilent gracieusement pendant que la basse sinueuse de la musicienne enlace l'auditeur.  Le nom L'Octopus fait référence à la virtuosité tentaculaire de Claudia qui chante, joue de la basse et s'accompagne de percussions fixées à ses pieds. ... more

contact / help

Contact L'Octopus

Streaming and
Download help

Redeem code

Report this album or account

If you like L'Octopus, you may also like: